top of page
P1020869.JPG.jpg
Rechercher

Ils sont notre histoire

Dernière mise à jour : 5 avr. 2021

70 ANS DE CRÉATION
« L’histoire de Sant Vicens est un voyage au cœur de la terre, d’une Terre. » Eric Forcada, historien de l’art

 

A la fin des années 30, Firmin Bauby, décorateur, acquiert un mas viticole en périphérie de Perpignan, pour y créer un centre de céramiques. Il a apprivoisé la terre auprès de Gustave Violet, dans sa prime jeunesse, à Prades. Le projet est vite contrarié par les évènements, mais réussi à voir le jour grâce aux parrainages d’Aristide Maillol, Raoul Dufy, et Albert Bausil. Le premier four est opérationnel le 3 janvier 1943. Louis Antico est le chef d’atelier. Les premières poteries de Sant Vicens perpétuent la tradition catalane, jusqu’en 1944, où Firmin Bauby fait appel à des sculpteurs, comme Miquel Paredes, pour célébrer la Libération. Lucien Goron viendra alors des manufactures de Sèvres pour apprendre les techniques céramiques les plus pointues aux ouvriers de l’atelier. Dès 1948, de nouveaux créateurs s’y installent. La plupart travaillent pour l’atelier, et oeuvrent à leurs propres créations pendant leur temps libre. Firmin Bauby doit alors aménager un endroit où exposer ces pièces au public : la cave du domaine, avec ses futs en chêne, se transforme en lieu d’exposition. Denys Bauby, le frère de Firmin, prend la direction administrative et commerciale de Sant Vicens. Parallèlement, Firmin tient à perpétuer une tradition familliale : celle de la crèche (pessebre, en catalan). Il demande aux artistes de l’atelier d’y participer, ce qu’ils font avec enthousiasme. Depuis, le pessebre de Sant Vicens est toujours un moment attendu par les perpignanais. En 1951, Jean Lurçat rend visite à Firmin Bauby, et lui confie ses créations céramiques. Il séjourne deux fois par an à Sant Vicens, jusqu’à sa mort, en 1966. Il crée des dessins, des formes, imagine des couleurs, jusqu’à les soumettre à Gumersind Gomila, chef d’atelier, et Eugène Fabrégas, tourneur, qui réalisent un prototype. De cette collaboration naitra une production abondante, exportée dans le monde entier. Firmin Bauby développe aussi une démarche artistique plus globale. C’est ainsi qu’il reçoit Pablo Picasso en 1953, 1954 et 1955. Salvador Dali, ami d’enfance, achèvera son voyage triomphal à Sant Vicens, le 25 août 1965, où il prononcera un discours, déclarant la gare de Perpignan comme étant le centre du monde. Catherine Deneuve, Jacques Perrin et Bernadette Lafont y feront leurs premiers pas cinématographiques dans Et Satan mène le bal, supervisé par Roger Vadim. En 1978, après des études aux Beaux Arts, Paul Bauby, le fils de Denys, prend la direction de Sant Vicens et des ateliers. Firmin Bauby s’éteint le 1er novembre 1981, à l’âge de 82 ans. Depuis 1998, Claire Bauby Gasparian, la fille de Paul, a intégré l’atelier, et en assure la continuité.

 

 

 

 


 


20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page